Se connecter

Mot de passe oublié ?
brevet

Brevet 2011

711

Brevet 2011 : Sujet et Corrigé de l'épreuve de français

28 juin 2011

Ce matin a eu lieu la première épreuve des trois épreuves du brevet : le Français. Découvrez les sujets !

Les 750 000 élèves de classe de troisième avaient rendez-vous ce matin avec l'épreuve de français, pour le Brevet des Collèges 2011.

D'après RTL, les sujets ont été changé à la dernière minute pour contrecarrer les éventuelles fuites. C'est donc sur le sujet de remplacement que les élèves ont planché.

L'épreuve de 3 heures était divisée en deux parties :

1 ère partie (1h30) :

- Questions et réécriture, sur la base d'un extrait du roman de Romain Gary, Les Racines du Ciel (1954).

- Une dictée de 15 minutes

2ème partie (1h30) :

- Une Rédaction sur le sujet suivant :

"Un ami ou un adulte de votre entourage vous a convaincu de changer votre comportement. Vous raconterez cette expérience en rappelant d'abord comment vous vous comportiez puis comment votre interlocuteur s'y est pris pour vous amener à changer".

Voici le sujet intégral du Brevet de Français 2011 :

Voici le corrigé de l'épreuve :

1. « Nous étions écroulés… »
a. On peut placer un point après le mot « désespérés ».
b. Les deux énumérations sont : « sales, écoeurés, désespérés » et « geignaient, se plaignaient et blasphémaient ».
c. Le narrateur cherche à insister sur l’état lamentable des prisonniers, leur comportement, leur condition de vie dans les camps.

2.
a. « désespérés » est formé du radical « espérés », qui vient du nom espoir, et du préfixe « dé » qui indique la négation.
b. Il s’applique à l’état d’esprit des prisonniers car ceux-ci ne semblent plus avoir d’espoir en étant prisonniers dans les camps.

3. Avant l’intervention de Robert, les prisonniers agissent presque comme des animaux, ils sont sales, sans retenue, ils se plaignent et disent des grossièretés, sont sans gêne. Les éléments sont « sales », « geignaient, se plaignaient, et blasphémaient », « cesser de pleurnicher », Robert leur dit d’agir « comme si » ils étaient des hommes, et leur demande de faire un « sacré effort de propreté et de dignité » ; « manque de respect », « lâche un pet ».

4. Robert fait croire en la présence d’une femme en faisant semblant d’arriver avec elle (« mimant l’attitude d’un homme qui donne le bras à une femme »), de s’adresser directement à elle (« faire la cour à sa femme invisible », « lui murmurait quelque chose à l’oreille »), de la toucher (« caressait le menton, baisait la main »)

5.
a. Le complément circonstanciel de manière est « avec une courtoisie d’ours ».
b. « une courtoisie d’ours » signifie qu’il est maladroit, un peu bourru.

6. Les camarades de Robert l’écoutent sans protester car ils sont trop surpris pour pouvoir dire quoique ce soit, « avec ahurissement », pensent qu’il a sombré dans la folie (« il était peut-être devenu fou ») mais ils ont surtout peur de lui car il pourrait les frapper (« des poings solides »).

7.
a. Nous sommes français donc il faut se montrer galants et polis.
b. Le rapport logique et la conséquence.
c. La nature grammaticale de « donc » est conjonction de coordination.

8.
a. Les deux niveaux de langues présents sont les niveaux de langue courant et familier.
b. Il mêle les niveaux de langue dans son discours car il veut bien parler devant la dame invisible mais ne peut s’empêcher de parler avec un vocabulaire familier en s’adressant aux prisonniers.

9. Les étapes sont :
- La surprise : « avec ahurissement » / ils parlent fort et s’étonnent « Quoi ? piailla Janin »
- L’incompréhension : « Il était peut-être devenu fou » / Ils se taisent « Personne ne dit rien »
- L’étonnement « on restait bouche bée »
- La prise de conscience « Puis, quelques uns commencèrent à comprendre » / ils rient et se détendent « rires rauques »
- Acceptent cette « convention de dignité ».

10. Cette fiction de la « grande dame imaginaire » protège le groupe du « laisser-aller », de la soumission ( « se soumettre à n’importe quoi ») et surtout de la collaboration avec les allemands par désespoir (« et même à collaborer »).

11.
a. La fonction de ces deux propositions subordonnées conjonctives est complément circonstanciel de condition du verbe « rester ».
b. « une convention de dignité » : convention signifie un accord tacite, entendu, entre deux partis (Robert et les prisonniers) afin de rester dignes, propres, pendant leur détention dans les camps.

Réécriture :

Un jour, par exemple, j’étais entré dans le block mimant l’attitude d’un homme qui donne le bras à une femme. Ils étaient écroulés dans leurs coins, sales, écoeurés, désespérés (…). Je traversai la baraque, continuant à offrir le bras à la femme imaginaire, sous leurs regards médusés, puis je fis le geste de l’inviter à s’asseoir sur mon lit.

Rédaction :

Le sujet était explicite, sans pièce ni complexité particulière.

Dans un premier paragraphe, il fallait raconter cette expérience (présenter le sujet : un ami m'a permis de changer de comportement...), expliquer comment vous étiez avant (un comportement odieux par exemple, donner des exemples précis de situations où vous avez été tel que vous vous décrivez).

Dans un deuxième paragraphe, il fallait raconter le dialogue avec l'ami qui vous a fait changer d'avis, présenter les arguments de cet ami avec des exemples précis. Attention à la ponctuation du dialogue !

Ne pas oublier de rédiger une conclusion.

L'important était de bien marquer le changement de comportement avant et après le dialogue, qu'il y ait des passages narratifs (raconter) et des dialogues. Bien évidemment, il fallait comme toujours faire très attention à l'orthographe, la correction de la langue.

Dictée :

Je dois vous dire aussi que j'ai contracté, en captivité, une dette envers les éléphants dont j'essaye seulement de m'acquitter. C'est un camarade qui avait eu cette idée, après quelques jours de cachot - un mètre dix sur un mètre cinquante - alors qu'il sentait que les murs allaient l'étouffer, il s'était mis à penser aux troupeaux d'éléphants en liberté - et, chaque matin, les Allemands le trouvaient en pleine forme, en train de rigoler : il était devenu increvable.
Romain Gary, Les racines du ciel, 1954.

(Source : Le Web Pedagogique)

Des questions, des conseils...venez partager vos impressions sur notre forum Brevet

Par Billie | En savoir plus : Brevet 2011 , Examens |
  dernière mise à jour : 28 juin 2011

Les autres news sur Brevet 2011

Brevet 2011 : Les sujets et corrigés d'Histoire-Géographie et d'Education Civique Hier, nous mettions en ligne les sujets et corrigés des épreuves de...

Brevet 2011 : Sujet et corrigé de l'épreuve de Mathématiques Voici le sujet intégral de l'épreuve : Et voici...

Brevet 2011 : Le corrigé du sujet de français   Et pour voir l'intégralité du sujet avec les textes, c'est ici :...

Brevet 2011 : Sujet et Corrigé de l'épreuve de Mathématiques Après l'épreuve de français (voir le sujet et corrigé) , place...

Les news Actu

Oscar Pistorius : condamné pour homicide involontaire   Si Oscar Pistorius est connu pour son surnom de " Blade Runner " (rien avoir avec le...

Well Well Well, la nouvelle revue lesbienne !   Aujourd'hui marque le lancement de la revue Well Well Well , dédiée...

Vidéo: Ikéa parodie Apple dans une nouvelle publicité !   Ikéa a fait fort pour sa nouvelle campagne promouvant son dernier catalogue. La...

Michelle Obama dans une vidéo humoristique pour lutter contre l'obésité infantile !   On sait tous à présent que Michelle Obama   milite contre...

Vos commentaires sur Brevet 2011 : Sujet et Corrigé de l'épreuve de français

Pseudo * :
E-mail :
Votre commentaire *
Crypto * :
* champs obligatoires
Pharme162
Il y a 1 an 4 moisSignaler ce commentaire
Very nice site!

OK
Restez connectés avec Ados
Facebook Twitter RSS
Newsletter
Mentions légales - Contactez-nous