Palmyre, l’Empire du chagrin
buzz

Ca fait le buzz

263

Palmyre, l’Empire du chagrin

30 octobre 2015

Paul Veyne consacre un livre au trésor "irremplaçable" de Palmyre. Les ruines mythiques ont été ravagées par les soldats de l'état islamique cet été. Une façon pour le groupe terroriste de faire table rase du passé pour construire un nouvel état qui lui est propre. Comme si plus rien n'avait existé, les vestiges gréco-romain n'apaprtiennent plus qu'aux souvenirs. 

Paul Veyne crit de son coeur dans son ouvrage consacré à la mémoire de Palmyre, centre de l'Empire gréco-romain sous l'Antiquité. L'historien de 85 ans veut rendre sa vie à un endroit dont il parle comme une personne chère: "Ayant eu pour métier l'étude de l'Antiquité gréco-romaine, je n'ai cessé de rencontrer Palmyre sur mon chemin professionnel. Avec la destruction de Palmyre par l'organisation terroriste Daech, tout un pan de notre culture et mon sujet d'étude viennent brutalement de voler en éclat". Plus qu'une envie, un devoir pour cette ancien professeur choqué d'une telle violence avec une histoire appartenant à l'humanité. La cité syrienne désormais aux mains des teroristes n'existera plus jamais si ce n'est à travers les livres. Si l'auteur s'interroge naïvement sur le sens d'un tel geste de la part des membres de l'état islamique la réponse est toute trouvée. La haine, la violence et certainement une envie d'effacer le passé et de s'écarter du reste de l'humanité. A la croisée des chemins entre Europe, pays arabes et Empire persan, la cité avait connu une diveristé culturelle impressionnante: "Palmyre ne ressemblait à aucune autre cité de l'Empire". "Que ses notables portent un vêtement grec ou arabe, qu'on y parle l'araméen, l'arabe, le grec et même, dans les grandes occasions, le latin, on sent souffler sur Palmyre un frisson de liberté, de non-conformisme, de multiculturalisme.". Un "frisson de liberté" qui n'avait pas le droit de vivre pour l'état islamique.

Le livre dont la sortie est programmée pour lundi, est dédié à l'archéologue syrien Khaled al-Assad, ancien directeur des Antiquités de Palmyre décapité en public le 18 août dernier par des djihadistes. Il s'était "intéressé aux idoles". Enfin, pas les bonnes.

Par Clemence Forsans | En savoir plus : Buzz |
  dernière mise à jour : 30 octobre 2015

Les autres news sur Ca fait le buzz

The Voice Kids: Deux petites filles irakiennes et syriennes font pleurer le jury (VIDEO) The Voice Kids version arabe a vécu un grand moment d'émotion samedi dernier....

Pourquoi Jean-François Copé ne va pas réussir son retour Jean-François Copé revient juste à temps alors que les primaires se...

One Direction : le groupe se serait définitivement séparé ! C’était attendu. Après le départ de Zayn Malik, les One Direction...

Vidéo : Matthieu Delormeau réclame 2 000 euros par jour pour animer TPMP ! Hier, dans son émission Touche pas à mon poste, Cyril Hanouna  avait...

Les news Actu

The Voice Kids: Deux petites filles irakiennes et syriennes font pleurer le jury (VIDEO) The Voice Kids version arabe a vécu un grand moment d'émotion samedi dernier....

Brevet 2016 : Les conseils d'un prof d'histoire-géo Il y a-t-il des sujets qui tombent fréquemment au Brevet ? Il n'y a pas...

Bac français : Comment assurer à l’oral ? Pour les élèves de première, cette année c’est...

Été : 4 raisons de partir en vacances en famille Tu n'as pas besoin de dépenser. Tes parents te paieront la bouffe, les activités...

Vos commentaires sur Palmyre, l’Empire du chagrin

Forums Public Ados